« Il y a des limites à chambarder les vies professionnelle et personnelle des infirmières, des infirmières auxiliaires et des inhalothérapeutes. »
Claire Montour,
présidente de la Fédération de la
Santé du Québec (FSQ-CSQ)

Une crise sous-estimée

La nouvelle ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, n’a d’autre choix que de réaliser l’urgence d’agir pour mettre fin à la crise qui affecte depuis de longs mois le personnel de la santé.

Il est capital que cette dernière envoie dès maintenant un message très fort et clair aux directions générales des établissements de santé pour qu’elles améliorent de façon notable les conditions de travail du personnel. Trop d’employeurs font toujours preuve de manque d’ouverture et de mauvaise foi dans le cadre des négociations locales qui ont cours.

En effet, dans le contexte généralisé de surcharge de travail et d’épuisement professionnel actuel, certaines demandes patronales sont tout simplement inhumaines et inacceptables.

Ainsi, nous refusons que l’employeur puisse :

  • modifier les quarts de travail à sa guise ;
  • déplacer les salariées d’un département à l’autre au gré de sa volonté ;
  • remettre les horaires de travail seulement une semaine à l’avance tout en se gardant le droit de les modifier quelques jours avant.

Les travailleuses et les travailleurs du réseau de la santé ont raison de refuser l’inacceptable. Si la nouvelle ministre n’intervient pas rapidement pour mettre fin à cette crise, l’épuisement professionnel et les problèmes de pénurie déjà trop nombreux ne feront que s’aggraver. Nous avons atteint un point très critique dans certaines régions du Québec. Cela doit cesser sans plus tarder !

La pression monte partout au Québec !

La mobilisation pour garantir de meilleures conditions de travail au personnel de la santé s’intensifie. Les actions de dénonciation continuent et les appuis se multiplient.
Ce fut notamment le cas le 30 octobre dernier, à Laval, où près de 200 de membres du Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires de Laval (SIIIAL-CSQ) ont manifesté pour dénoncer leurs conditions de travail inacceptables et alerter l’opinion publique.

La situation s’envenime également sur la Côte-Nord. Après les nombreuses dénonciations publiques du SIISNEQ-CSQ, ce sont maintenant le maire de Baie-Comeau et le député de René-Lévesque qui s’attaquent à la haute direction du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord pour son incapacité à régler les problèmes majeurs qui affectent le personnel. Cliquer ici pour visionner le reportage de TVA Nouvelles.

Les personnes aînées interpellent le gouvernement

Des situations semblables se vivent malheureusement partout au Québec. Plus que jamais, la population appuie les travailleuses et les travailleurs de la santé et souhaite que le gouvernement intervienne sans tarder pour redresser la situation. C’est particulièrement le cas chez les personnes aînées dont plusieurs peuvent témoigner des impacts des conditions de travail déplorables du personnel sur la qualité des soins. Plusieurs membres de l’Association des retraitées et retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec (AREQ-CSQ) parlent ouvertement de leurs inquiétudes à ce sujet et interpellent le nouveau gouvernement.

Notre campagne 100 jours pour la santé se poursuit. Nous voulons des changements rapidement et nous ne lâcherons pas.

Abonnez-vous à l’infolettre 100 jours pour la santé pour suivre notre campagne.